Développement personnel et écologie

Développement personnel et écologie

5 (100%) 1 vote

Protéger la nature et limiter des dégâts de la pollution, imposer le recyclage ou limiter la vitesse sur l’autoroute… sont des bonnes actions à mettre en place mais elles ne sont pas durables.

La protection de l’environnement est un acte spirituel et conscient.

L’écologie est aussi une question de psychologie

Sans correction de notre mode de vie « moderne » les mesures de protection ne servent pas à grand chose. Ces mesures ne sont que des traitements des symptômes d’une conception de société de consommation. Si les freins à la pollution tombent pour une raison ou une autre, les anciennes habitudes reprendront leur place immédiatement. Le but de notre présence étant le libre choix pour cela, il est impératif que les individus prennent conscience de la situation et que chacun choisisse pour des changements qui deviennent, à ce moment là, durables.

Nous pouvons même penser que cette situation écologique critique dans laquelle la terre se trouve, a son utilité. Les problèmes écologiques sont mauvais pour la terre mais ils jouent leurs rôles d’indicateurs de la situation et ils nous incitent au changement. Cette situation désastreuse est une étape, une voie erronée qui mène à la conscience, qui stimule le choix pour un meilleur chemin à prendre.

Grâce à la pollution et aux messages alarmistes, beaucoup de gens ont pris conscience de leurs modes de vie néfastes et ils ont commencé à adapter leur vie à une nouvelle façon de voir la réalité.

Équilibre et harmonie naturelle

Dans l’évolution de la terre, il y a eu toujours des étapes erronées et à chaque fois la nature arrive à prendre une meilleure route. Cela est une force naturelle, qui prend du temps, mais cette force a toujours été capable de corriger des « erreurs », erreurs qui ne le sont donc pas vraiment car elle font partie de la vie et grâce aux erreurs, la nature arrive à changer, à se développer.

Aujourd’hui, notre mental est assez développé pour que l’homme puisse choisir pour un changement de voie rapide, plutôt que la Terre prenne sont temps pour y arriver. Nous le savons bien, les scientifiques ont été clair sur se point : si l’homme n’arrive pas à changer de cap, il y aura des changements importants dans la constitution de la vie sur terre, ce à quoi la plupart des espèces (l’homme inclus) ne survivront probablement pas.

Nous avons le choix et la possibilité d’éviter cela et vu le nombre de personnes qui arrive à un état d’élévation du niveau de conscience l’homme y arrivera probablement.

Il ne s’agit nullement de retourner vers une vie dans des grottes ou des cabanes, comme nos ancêtres. Le développement de la technique est une bonne chose tant que cela sert à améliorer notre vie, nos communications, notre façon de nous nourrir, etc., mais à l’intérieur de l’équilibre et de l’harmonie naturelle et non pas pour augmenter notre capital financier qui sert à satisfaire nos besoins affectifs.

La nature peut satisfaire tous les besoins que demande une vie en harmonie avec elle, mais elle perd son état d’équilibre si nous cherchons à combler les envies matérialistes.

Écologie et développement personnel

Certains changements, qui suivent directement le choix de vivre notre place dans la Nature, demandent un effort personnel. Ils ont un effet direct sur notre développement individuel.

Il s’agit par exemple du partage des ressources avec les autres; de choisir de développer notre spécificité individuelle; de croire à l’abondance et de ressources pour tous sans passer par la surexploitation; faire le tri de nos affaires et de savoir donner ce dont nous n’avons pas besoin, de laisser aux autres leur place; de diminuer la concurrence entre les hommes et de choisir pour la coopération; de vivre le changement plutôt que l’immobilité; de privilégier un but supérieur à l’individu ou à l’espèce plutôt qu’un but égoïste…

En fait, un grand nombre des mesures à mettre en place sont bénéfiques pour notre environnement et aussi pour notre développement personnel. Par exemple, si nous conduisons notre voiture moins vite, nous produisons moins de pollution, nous économisons les ressources de la terre et nous vivons plus paisiblement et plus sainement le trajet avec un effet positif sur notre activité, dès que nous arrivons à destination.

Nous incarner dans notre corps sur terre veut dire surtout : apprendre à vivre en harmonie avec la nature. Tant que nous n’y arriverons pas, nous ne pourrons pas nous incarner complètement.

Frank Distelbrink

Poster un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des