Comment faire un test de convergence oculaire ?

Le test de convergence oculaire est un examen visuel effectué dans le cabinet d’un spécialiste de la santé oculaire – soit un ophtalmologiste soit un optométriste -, qui a pour tâche de faire un diagnostic complet de la motricité de l’œil avec un exercice précis. En cas de troubles visuels, il pourra alors recommander au patient une rééducation adaptée. Comment se déroule le test en question ?

Les tests de vue complémentaires à celui de la convergence oculaire

En premier lieu, il est bon de rappeler qu’il existe d’autres tests de vue dont les principaux, outre le test de convergence oculaire désignant le réflexe de rapprochement des yeux vers le nez, sont :

  • Évaluation de champ visuel avec l’index de l’ophtalmologue qui le déplace hors du champ de vision du patient
  • Test d’acuité visuelle consistant à distinguer 2 points séparés par la plus petite distance. On utilise, pour ce faire, l’échelle de Monoyer, en plaçant le patient à 3 ou 5 mètres d’un tableau comprenant des lettres de diverses tailles de haut en bas. Si le patient lit parfaitement toutes les lettres, son acuité visuelle est excellente, c’est-à-dire de 10/10e.
  • Test du tonus de l’œil, en parallèle du test convergence oculaire, mesuré au moyen de 2 appareils à savoir les tonomètres à aplatissement et à air. Ce test permet d’évaluer la pression à l’intérieur de l’œil pour, entre autres, diagnostiquer la possible présence d’un glaucome.
  • Examen du fond de l’œil à l’aide d’un appareil appelé l’ophtalmoscope, constitué d’un faisceau de lumière traversant des loupes pour scruter l’état de la rétine, de l’iris, de la cornée ainsi que du cristallin.
  • Examen de perception des couleurs, pour détecter une éventuelle dégradation due au daltonisme ou à toute autre pathologie.

La convergence oculaire n’est autre qu’une vision rapprochée des yeux (mesurée par le test convergence oculaire) qui a lieu quand la distance de l’objet à regarder est très proche du visage. Suivant la position du regard, cette convergence change légèrement. Ainsi, elle est plus bornée quand on regarde vers le haut.

Conditions d’un test de convergence oculaire

Pour que ce test puisse avoir lieu, il faut réunir certaines conditions. Le test doit se faire de prime abord dans le cabinet d’un spécialiste pour être validé. En second lieu, le spécialiste doit procéder à un diagnostic oculaire et détecter, le cas échéant, un défaut ou un déséquilibre de convergence ou de musculature au sein de l’œil. Le test convergence oculaire peut être fait de façon spontanée, ou motivé par des problèmes de vision. Parmi les symptômes pour lesquels le patient consulte son ophtalmologue ou orthoptiste, on retrouve :

  • les troubles oculaires précités
  • Les maux de tête
  • la vision double
  • le plissement anormal lors du visionnage d’un écran ou de la lecture
  • Les picotements et douleurs aux yeux

Le test de convergence est destiné à rééquilibrer l’acuité visuelle défaillante par un procédé spécifique évalué par un professionnel de la santé de l’œil, que ce soit dans un établissement hospitalier ou bien dans un centre de vision. Cet examen va se focaliser sur le degré d’automatisme des réflexes oculaires et, par conséquent, le réapprentissage dit visu-moteur ou thérapie vision. Voici quelques exercices conditionnant et préparant le test de convergence oculaire.

  • La stabilisation des yeux en fixant un point en face de soi puis en tournant la tête rapidement
  • Observer un point sur un mur les yeux fermés en tournant la tête puis en ouvrant les yeux afin de voir que le regard reste fixé sur le point observé
  • Comparer 2 images quasiment identiques puis déceler les différences en vue de repérer les saccades de l’œil

Comment se déroule le test de convergence oculaire ?

Qu’est-ce que ce fameux test de convergence oculaire, si ce n’est l’appréciation de la capacité des yeux à converger c’est-à-dire à se mouvoir vers l’intérieur ? On place en face du patient une règle, un crayon ou d’autres objets à la hauteur de son regard, tout en lui demandant de fixer la cible en permanence à quelques centimètres de lui.

Les yeux se déplacent simultanément à l’intérieur ensuite à une distance prédéterminée. A ce moment-là, l’un des deux yeux fait un mouvement vers l’extérieur, phénomène couramment appelé le « point de bris de la convergence ». Normalement, la distance doit se situer autour de 5 cm et, si elle est supérieure, il s’agit d’une insuffisance de convergence.

Autre exercice réalisé dans le cadre du test de convergence oculaire : celui élaboré par Vercher. Cet examen visuel consiste à fermer un œil puis à fixer son regard vers le centre d’un cercle blanc au milieu d’un carré comportant 9 minis carrés noirs. En conséquence, le patient devrait voir apparaître une grille noire flottant de façon périphérique. Cette post-image liée à la persistance rétinienne provient de tous les mouvements de la tête et des yeux effectués lors de la séance orthoptiste.

L’exercice réalisé lors de la consultation peut se poursuivre chez le patient. Outre les examens complémentaires, s’opère un diagnostic précis caractérisant la bonne santé ou une affection de l’œil comme ce qu’on appelle, en ophtalmologie, l’hyperconvergence paralytique.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]
0 0 vote
Évaluation de l'article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x